Loading...
EXPLOITATION 2018-03-20T10:32:12+00:00

Située sur le bassin versant du Lot face à l’Aveyron, l’exploitation d’une superficie de 180ha est repartie entre des plateaux type causse, des coteaux argilo-calcaires et enfin des terres de vallée limono-sableuse. Cette diversité de sols et de relief lui permet de représenter la majeure partie des territoires du département.
L’exploitation est représentative de ce territoire de Limargue mais également du département du Lot grâce à ses reliefs, ses différents sols, son patrimoine bâti, son histoire, mais aussi de par la présence de ses productions animales et végétales.

Les productions végétales :

Les 180ha sont répartis entre causses, coteaux enherbés et terres de vallées.
L’ensemble des cultures est destiné à l’alimentation des animaux.
L’assolement est le suivant :

– bois pâturés 70 ha
– luzerne 12 ha
– prairies temporaires et permanentes 80 ha
– maïs grain irrigué 12 ha
– orge 3 ha
– méteils à moissonner 3ha

Le potentiel de rendement en matière sèche est fort variable d’une zone à l’autre et varie de 1 Tde Matière sèche de fourrage par an sur les causses sec à plus de 18T par an en vallée.

L’objectif de cet atelier est de produire à moindre coût des fourrages et du maïs pour les animaux de l’exploitation.

Les productions animales :
des vaches allaitantes, des porcs et des moutons

Les trois élevages sont engagés dans une démarche officielle de qualité par le biais du Label Rouge.

Les bovins

Le troupeau de 65 vaches limousines, conduit en race pure, est d’un très bon niveau génétique. Les veaux sont élevés sous la mère jusqu’à l’âge de 9 mois soit au pâturage, soit en stabulation l’hiver.
L’élevage des broutards, et des vaches de réforme répond au cahier des charges du Label Rouge Blason Prestige Limousin.

Depuis 2 ans la surface fourragère principale a été découpée en 44 paddocks afin de favoriser le pâturage précoce et optimiser la pousse de l’herbe. Le temps de séjour en bâtiment est limité autant que faire se peut selon les conditions météorologiques (rentrée des animaux au 15 novembre et sortie dès le 25 mars)
L’alimentation hivernale est composée de foin (20%), d’ensilages de méteils (60%) et de maïs (20%). La récolte du méteil réalisée précocement au stade début épiaison/floraison permet de récolter un fourrage riche en protéine permettant ainsi une économie de concentré.

Au quotidien, les animaux sont surveillés pour voir s’ils vont bien. Afin de prévenir au maximum les maladies des veaux ou des vaches, un suivi sanitaire est réalisé par le vétérinaire et un plan de vaccination est organisé. Avant chaque déparasitage, une analyse coprologique est effectuée afin d’identifier les parasites présents.

Les porcins

La troupe est composée de 80 truies.
Chaque année, environ 1600 porcs charcutiers sont engraissés sur l’exploitation.
La conduite est en 7 bandes, avec mise bas toutes les 3 semaines et un sevrage à 28 jours.

L’alimentation est composée de maïs humide produit sur l’exploitation (12 ha) et achetée à des voisins (10ha), de blé et orge acheté localement et de tourteaux de soja.

Les porcs charcutiers sont vendus dès qu’il atteignent un poids de 120 Kg avec un âge minimum de 182 jours, exigence du cahier des charges du Label.

Les ovins

 380 brebis « causse du Lot » avec production d’agnelles de renouvellement « F1 46 » et d’agneaux de boucherie.

L’exploitation est engagée dans le schéma départemental Ovilot.

L’alimentation est basée sur le pâturage de l’Association Foncière Pastorale ainsi que des prairies temporaires. La troupe de brebis qui utilise cette AFP permet de lutter contre l’embroussaillement ainsi que les risques d’incendies.
Ce partenariat permet aussi de donner une autre image de l’agriculture véritable acteur du maintien des paysages.
La troupe de brebis est divisée en 2 lots ; ainsi 2 périodes de lutte et d’agnelage sont pratiquées : agnelage de printemps pour valoriser la pousse de l’herbe, puis agnelage d’automne pour valoriser la repousse.

Les agnelles F 46 sont commercialisées auprès d’éleveurs locaux, les mâles sont destinés à la boucherie. Élevés selon le cahier des charges, ils répondent aux exigences du Label Agneau Fermier du Quercy.

L’agroécologie :

Un travail de réflexion et d’expérimentations est mené actuellement sur l’agro-écologie et le « produire autrement » avec les professionnels, les enseignants et les formateurs.

Cette réflexion a permis, depuis 3 ans de mettre en œuvre de nouvelles pratiques :
– essai de maïs population,
– pâturage tournant,
– semis de méteils après maïs pour avoir zéro sols nus l’hiver,
– semis direct de méteils sur luzerne,
– essais de différents types de semis…

Bien entendu, la réflexion porte également sur les ateliers animaux (coprologie systématique, vaccination, ration adaptées aux besoins physiologiques, analyse de l’eau, mesure des circulation d’air dans les bâtiments…..)
Et enfin, une réflexion est en court pour valoriser les produits animaux de l’exploitation auprès de la restauration collective et des particuliers du territoire.

une bergerie de 731m2 pouvant héberger 150 brebis lors de l’agnelage

Mise en place de cornadis et d’une vis de transport et distribution de concentré pour l’engraissement des agneaux

maïs population

levée du maïs en semis direct

semis de méteil sur maïs moissonné

X